Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Les SMS reçus sur un téléphone de fonction sont présumés professionnels
Justice Crédits : -goldy-/iStock/ThinkStock

Les SMS reçus sur un téléphone de fonction sont présumés professionnels

« T viré. »
2 min

Sans grande surprise, la Cour de cassation vient de juger que les SMS émis ou reçus grâce au téléphone de fonction d'un salarié sont  « professionnels » par défaut. Cela signifie que tant que ces messages ne sont pas identifiés comme étant « personnels », l’employeur peut y avoir accès en dehors de la présence de l’utilisateur concerné.

Un salarié a-t-il le droit d’utiliser les moyens mis à sa disposition par son employeur pour avoir des communications privées, et ce pendant son temps de travail ? Depuis un arrêt de principe datant de 2001, la Cour de cassation estime que oui ! Au nom du « respect de l’intimité de sa vie privée », et plus particulièrement du « secret des correspondances », le travailleur peut parfois utiliser son téléphone ou ordinateur professionnel pour appeler ou écrire à des proches. Attention toutefois : cette utilisation ne doit pas être considérée comme abusive, auquel cas ces appels et/ou messages peuvent rapidement caractériser une faute grave justifiant un licenciement.

Pour mieux protéger ce droit à la vie privée, la Cour de cassation a aussi jugé que l’employeur ne pouvait pas « prendre connaissance des messages personnels émis par le salarié et reçus par lui grâce à un outil informatique mis à sa disposition pour son travail et ceci même au cas où l'employeur aurait interdit une utilisation non professionnelle de l'ordinateur ». Il faut en effet que le salarié soit présent pour que le contenu des messages ou dossiers étiquetés « personnel » soient ouverts.

La Cour de cassation reste sur la ligne de l'arrêt Nikon de 2001

Dans un arrêt rendu le 10 février dernier (accessible sur Légifrance), la chambre commerciale de la Cour de cassation est venue préciser ce principe, en confirmant qu’il s’appliquait également aux textos reçus par le salarié sur son téléphone portable professionnel. Les magistrats ont en effet estimé, au travers d’un litige opposant deux sociétés, que « les messages écrits ("short message service" ou SMS) envoyés ou reçus par le salarié au moyen du téléphone mis à sa disposition par l'employeur pour les besoins de son travail sont présumés avoir un caractère professionnel ».

De ce principe, les juges en ont déduit que « l'employeur est en droit de consulter [ces SMS] en dehors de la présence [du salarié], sauf s'ils sont identifiés comme étant personnels ». Certains objecteront cependant qu’il peut être bien compliqué d'étiqueter un texto comme étant « personnel », alors qu'il suffit de mettre ce mot en objet dans un courriel ou de placer un fichier dans un dossier renommé comme tel... Faudra-t-il commencer ses SMS persos par « personnel » ou « privé » ? La Cour de cassation n'ayant pas répondu à cette question, celle-ci pourrait bien être posée prochainement aux tribunaux.

Publiée le 20 février 2015 à 15:50


Chargement des commentaires