Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
De la cape d’invisibilité à SpaceX, la malheureuse « peopolisation » de l’actualité scientifique
Nouvelle Techno Crédits : SilviaJansen/iStock

De la cape d’invisibilité à SpaceX, la malheureuse « peopolisation » de l’actualité scientifique

De la vie sur Mars : les photos depuis la Tesla
8 min

Les articles amplifiant, voire déformant, la réalité des publications scientifiques des chercheurs ne sont malheureusement pas rares, et le phénomène pourrait prendre de l'ampleur si l'on ne fait pas suffisamment attention. Les journalistes et magazines ne sont pas les seuls à blâmer, mais ils ne sont pas innocents.

La semaine dernière, SpaceX validait avec succès une étape importante de son plan de développement en faisant décoller son lanceur lourd : Falcon Heavy (lire notre compte rendu). La société d'Elon Musk marque ainsi des points face à des organisations gouvernementales comme la NASA, l'ESA et Roscosmos, mais aussi à ses concurrents dans le secteur privé.

SpaceX récupérait au passage deux de ses trois boosters, et envoyait dans l'espace un roadster Tesla (dont Elon Musk est également le PDG) avec un mannequin baptisé Starman à son bord. Comme la voiture pendant quelques heures, ces images ont rapidement fait le tour de la Terre.

Le poids des mots, le choc des photos... pour l'analyse scientifique, repassez plus tard

Bon nombre de médias relayent aussi vite que possible la moindre image, le moindre son, la moindre publication des « aventures » de Starman dans l'espace, jouant ainsi à fond le jeu d'Elon Musk et de SpaceX. Les enjeux de Falcon Heavy passent alors souvent au second plan (quand ils sont évoqués) face aux clics faciles des internautes, qui suivent avec des yeux d'enfants le véhicule rouge en orbite.

On ne compte ainsi plus le nombre d'articles sur les « secrets » que renferme la Tesla (spoiler : une voiture miniature Hot Wheels, les romans Fondation d'Isaac Asimov et une plaque avec les noms des employés de SpaceX), la direction prise par la voiture, le réajustement de son cap, son live YouTube, le compte Twitter de Starman, les références multiples au Guide du voyageur galactique, etc. Un peu comme si la réussite de la mission en dépendait, alors que le lancement de Falcon Heavy était déjà un succès.

Tesla SpaceX Falcon Heavy

Falcon Heavy est le plus gros lanceur : oui... et non

Cette surmédiatisation n'est pas nouvelle dans le monde de la science, poussant parfois certains à aller trop loin, sous prétexte de « vulgarisation », ou bien à ne reprendre qu'une partie de l'information, souvent la plus susceptible d'engranger des clics. Les enjeux ou la véritable portée scientifique passent ainsi au second plan.

Dans le cas de SpaceX, Falcon Heavy était parfois présenté comme « le lanceur le plus puissant au monde ». Si ce n'est pas faux aujourd'hui, c'est encore loin d'être le cas dans l'histoire de la conquête spatiale. La NASA a déjà fait largement plus gros avec sa fusée Saturn V. Un « oubli » d'un titre, parfois corrigé dans le reste de l'actualité, mais pas toujours. Pourtant, SpaceX rappelle elle-même sur son site que Saturn V permettait d'envoyer des charges plus lourdes en orbite et sur la Lune, difficile donc de passer à côté. 

Lumière sans onde et cape d'invisibilité sans cape

Ce genre de dérive s'observe bien souvent dans le monde de la science, au sens large du terme. Nous avons par exemple déjà évoqué à plusieurs reprises le cas de l'intelligence artificielle, à qui l'on accorde parfois bien plus de puissance qu'elle n'en a. Idem avec les ordinateurs quantiques : certes ils existent, mais sont encore très loin de mettre au rebut les ordinateurs classiques et la cryptographie.

Autre exemple récent : la lampe MyLiFi d'Oledcomm n'émettant pas d'ondes... radio. Le dernier mot est important, mais disparait parfois du discours des commerciaux et se retrouve donc tel quel dans certaines publications. Sans revenir sur la nécessité de garder un esprit critique face à la technologie, se pose ici la question de la présentation des découvertes et des avancées scientifiques.

Exemple frappant d'il y a quelques années : la « cape d'invisibilité » de Harry Potter.  L'University of Rochester livrait sur un plateau une comparaison reprise en masse par des médias, alors qu'il ne s'agissait finalement « que » d'un jeu de lentilles. Là encore, regarder au-delà des quelques secondes d'introduction de la vidéo ou se plonger dans les écrits des scientifiques permettait de comprendre de quoi il en retournait exactement.

Quand l'inconnu devient extraterrestre...

Vous en voulez d'autres ? La quête de la vie extraterrestre revenant dans chaque article sur les exoplanètes : il est en effet bien plus vendeur de parler d'une « possibilité de trouver de la vie », que d'une « éventuelle présence d'eau ».

Un billard à trois bandes associant diverses idées. Sur Terre, l'eau est ainsi un des ingrédients de la vie. Il y a possibilité de trouver de l'eau sur cette planète, donc de la vie. CQFD. On pourrait donc tout aussi bien titrer sur la possibilité de trouver des planches de surfs ou des bateaux. Pour rappel, la présence d'eau (sous n'importe quelle forme) ne veut pas dire que la vie s'y développe obligatoirement (voir l'exemple de Mars).

Un autre exemple de l'année dernière : la bactérie Solibacillus kalamii à bord de la Station spatiale internationale. Cette histoire a fait les gros titres en mai 2017, partant d'une étude de 2016 sur une bactérie ramenée de l'ISS en 2011. La machine médiatique s'était rapidement emballée puisqu'il s'agissait alors d'une bactérie inconnue. Certains sont partis en quatrième vitesse sur la piste d'une provenance extraterrestre, alors que rien ne le laissait présager . « On connaît à peu près 10 millions d'espèces de bactéries alors qu'on estime qu'il y en a mille milliards de différentes » rappelait en effet Michel Viso, responsable programme exobiologie au CNES.

Bactérie
Crédits : Filograph/iStock

... ou quand le conditionnel passe à la trappe

Dernier exemple en date : il y a quelques jours, l'ESO (Observatoire Européen Austral) publiait un communiqué intitulé « de l’eau probablement en abondance sur les planètes du système TRAPPIST-1 ». Dès les premières lignes, le soufflet retombe un peu : « certaines d’entre elles pourraient potentiellement contenir de l’eau en quantités supérieures à la Terre ».

Plus en détail, l'article explique « que les mesures des densités, lorsqu’elles sont combinées aux modèles de compositions des planètes, suggèrent que les sept planètes du système TRAPPIST-1 ne sont pas des mondes rocheux stériles. Ils semblent être composés de matière volatile, probablement de l’eau ».  Bref, rien n'est scellé dans le marbre.

Cette annonce se transforme rapidement en confirmation de présence d'eau pour certains, voire en espoir de découvrir de la vie extra-terrestre pour d'autres. Une hypothèse pourtant réfutée dans le communiqué de l'ESO, via une citation de Brice-Olivier Demory, co-auteur à l’Université de Berne : « Bien qu’elles nous renseignent sur les compositions planétaires, les valeurs de densités ne révèlent rien concernant l’habitabilité potentielle de ces planètes ».

On regrette d'ailleurs que la perte du conditionnel dans un titre devienne de plus en plus monnaie courante, et pas uniquement sur les actualités scientifiques. Après tout, une information et un démenti, cela fait potentiellement deux fois plus de pages vues.

Faut-il blâmer les scientifiques, les communiqués de presse ou les journalistes ?

Léo Grasset, youtubeur et vulgarisateur scientifique sur sa chaine Dirty Biology, s'était penché sur ce sujet il y a un an et demi déjà ; preuve qu'il n'est pas nouveau. Il confirmait alors que les sites et autres magazines n'étaient pas les seuls à blâmer : « les institutions ou bien les chercheurs peuvent tenter de mettre un peu plus de "paillettes" dans leurs résultats. C'est d'autant plus flagrant dans les communiqués de recherche qui déforment souvent la réalité scientifique de la publication d'origine ». Rappelons qu'il incombe aux journalistes de regarder plus loin que le communiqué de presse, justement pour bien comprendre les enjeux et la réelle portée de la découverte.

Il cite au passage une étude de 2014, d'une université britannique (sans plus de référence) : elle aurait montré que « la source de la plupart des déformations que l'on trouvait dans la presse ne venait non pas des journalistes, mais des communiqués de presse des universités elles-mêmes. Presque la moitié d'entre eux donne des conseils de santé qui dépassent la réalité scientifique de l'article lui-même ».

Dans sa vidéo d'une dizaine de minutes, il revient plus en détail sur le cas des OGM : 

Aller à la source pour éviter les déformations des interlocuteurs successifs

Si la tentation est grande de reprendre un communiqué de presse scientifique et de broder – c'est souvent l'occasion de raconter une « belle histoire », quitte à ce qu'elle soit complètement farfelue – ce n'est rendre service à personne puisque la déception sera au final au rendez-vous. 

Alors oui, plonger dans les publications scientifiques prend du temps et leur compréhension n'est pas toujours facile, mais c'est une condition indispensable pour bien cerner le sujet au-delà des quelques lignes d'un communiqué dont le but est de faire parler. Pourtant, contacter des scientifiques sur leurs travaux de recherche permet facilement d'obtenir une réponse... mais sous certaines conditions.

En effet, certains ont visiblement été échaudés par des expériences passées et refusent que leur nom soit associé aux citations (avec la demande de les attribuer à un spécialiste du secteur), sauf à pouvoir les relire, avec l'article les entourant. Le but n'est pas de modifier les phrases ou de bloquer une éventuelle publication si le ton ne leur plait pas, mais simplement d'éviter que leur nom soit rattaché à un article déformant la réalité de l'annonce. Quand ce ne sont pas simplement les propos du chercheur avec des morceaux de citation complètement sortis de leur contexte.

Afin d'éviter que la science dans la presse généraliste ne devienne l'actualité people de demain, il est important que l'ensemble des maillons de la chaine d'informations scientifiques en prennent conscience. Il est d'autant plus urgent d'agir que nous vivons une époque riche en découvertes et en annonces en tout genre ; les prochaines années promettent d'être passionnantes sur ce point.

Publiée le 12 février 2018 à 15:30


Chargement des commentaires